FAQ

AYANTS DROIT : PROJECTIONS PUBLIQUES

1. JE SUIS UNE SOCIÉTÉ DE PRODUCTION, UNE ASSOCIATION OU UNE ÉCOLE, COMMENT PUIS-JE INSCRIRE UN FILM ? 

Si le film dispose d’un n° de visa (ou si la demande est en cours auprès du CNC pour les films produits par une société de production), je peux l’inscrire automatiquement à L’Agence du court métrage pour sa diffusion en salles et tout type de lieu disposant d’un espace de projection publique, quel que soit le mode de production ou le support de diffusion final du film (DCP, argentique ou vidéo). Il vous suffit alors de télécharger sur cette même page le contrat de distribution (pour un seul ou plusieurs films). Ce contrat une fois signé, doit être retourné par courrier en 2 exemplaires originaux.

Autres éléments demandés lors de l’inscription, à envoyer par mail :

  • Numéro de visa (ou demande en cours auprès du CNC)
  • Fiche technique (Voir notice d’inscription)
  • 3 photos HD
  • Affiche au format portrait
  • Biofilmographie du réalisateur / réalisatrice accompagnée d’une photographie
  • Lien de visionnage si possible VF et STA
  • Photos en HD (par mail)
  • Relevés des dialogues si possible VF et STA
  • Fichiers de sous-titres .srt, ou .dfxp, ou .itt (toutes langues disponibles)
  • Fichier vidéo ProRes, H.264
  • DCP si possible VO et STA (sous-titres non incrustés à l’image)
  • Relevé des droits musicaux
  • Liste des éventuels sélections et prix dans les principaux festivals
  • RIB

Merci de bien vouloir identifier chaque fichier envoyé avec le titre du film.

 

2. DOIS-JE ATTENDRE LA FIN DE LA CARRIÈRE EN FESTIVAL DE MON FILM AVANT DE LE RÉFÉRENCER À L’AGENCE DU COURT MÉTRAGE ?

Il est préférable de nous adresser votre film dès qu’il est finalisé, sans attendre les sélections en festivals.

 

3. POURQUOI UN N° DE VISA ?

L’Agence du court métrage milite auprès du CNC et des professionnels du cinéma pour une meilleure observation des données chiffrées issues notamment des bordereaux de recettes. Or, pour obtenir ces données nous avons besoin que tous les films disposent d’un numéro de visa.

Au-delà des aspects administratifs, avoir un visa c’est à terme pouvoir connaître exactement le nombre de spectateurs associés à chacune des séances de courts métrages.

Cela inscrit votre film dans une démarche réellement professionnelle, et sachez que les coûts en sont très raisonnables. Pour les démarches, merci de vous reporter au document « Démarches relatives au RPCA ».

 

3. JE SUIS UN RÉALISATEUR ET J’AI AUTOPRODUIT MON FILM, COMMENT PUIS-JE L’INSCRIRE ?

Vous pouvez tout à fait inscrire votre film en votre nom propre, sans être accompagné d’un producteur.

 

4. JE SUIS LE NOUVEL AYANT DROIT DE MON FILM, QUE DOIS-JE FAIRE ?

Vous devez impérativement nous avertir par courrier, auprès du service comptabilité. Sans quoi nous ne pourrons vous faire les reversements. Ce courrier doit mentionner le titre du film concerné, le nouvel ayant droit avec nom et coordonnées et doit être signé par les deux parties, ou nous transmettre la copie du contrat de cession de droits entre les deux parties.

 

5. Y A-T-IL UNE ADHÉSION POUR BÉNÉFICIER DES SERVICES DE L’AGENCE ?

Oui. L’Agence du court métrage est une association de loi 1901 et conformément à nos statuts, tout utilisateur des services de L’Agence se doit d’être adhérent.

Seulement, l’adhésion n’est pas obligatoire pour les réalisateurs même si cela est fortement conseillé. Il est important, pour une association, d’être porté par ses adhérents. D’autant que L’Agence est née de l’initiative de réalisateurs pour soutenir la diffusion et faire le lien entre ceux qui font les films et ceux qui les diffusent. C’est grâce à l’adhésion (25 euros pour les réalisateurs) que nous pouvons mener à bien toutes nos activités.

L’adhésion est obligatoire pour les ayants droit : 80 euros pour les sociétés et 25 euros pour les particuliers (de type film autoproduit, où le réalisateur est l’ayant- droit). En outre, une adhésion demi-tarif a été mise en place pour les nouveaux adhérents.

 

6. À QUOI ME DONNE DROIT MON ADHÉSION ?

L’adhésion vous permet de bénéficier des services de L’Agence du court métrage, à savoir l’intégration dans notre base de données, la consultation par des programmateurs de salle ou de festivals (tout type de lieu disposant d’un espace de projection publique). L’envoi de votre film ainsi que des fiches techniques ou photos en cas de location. La vérification et le stockage de votre matériel. Assurance en cas de détérioration. L’Agence du court métrage s’occupe également de la facturation et du reversement lorsqu’il y a des locations ou des ventes, et enfin un tarif réduit pour l’adhésion à Bref (http://www.brefcinema.com).

 

7. QUE SE PASSE-T-IL UNE FOIS QUE MON FILM EST INSCRIT ?

Une fois que votre film est intégré dans la base de données de L’Agence du court métrage, il est visionné par le service diffusion dans les 15 jours à 3 semaines suivant son référencement, qui ensuite travaille sur son indexation à l’aide de mots clés. Selon les demandes des diffuseurs, votre film sera proposé en visionnage et pourra faire partie de programmation ponctuelles.
L’Agence du court métrage dispose d’un catalogue très important de plus de 12 000 films, qui continuent à être proposés de nombreuses années après leur création.

Par ailleurs, l’Agence du court métrage propose régulièrement des programmes clés en mains, programmes scolaires, ateliers pédagogiques et formations et autres mises en avant spécifique de son catalogue.

 

8. QUE SE PASSE-T-IL EN CAS D’EXPLOITATION DE MON FILM ?

En cas d’exploitation de votre film dans le cadre d’une projection publique, ou bien lors d’un atelier pédagogique et formation, le service comptabilité facture le lieu de diffusion et vous reverse le montant de la location moins la commission de 20% de l’Agence du court métrage. Les reversements se font, pour le moment, une fois par trimestre.

 

9. QUELLE SERA LA RÉMUNÉRATION DE MON FILM ?

La rémunération de votre film pourra être forfaitaire ou bien proportionnelle selon les types d’exploitation. Vous pourrez bientôt télécharger la grille tarifaire de référence ici,  (document actuellement en refonte, merci de votre compréhension).

 

10. SUIS-JE PRÉVENU(E) DIRECTEMENT À CHAQUE LOCATION DE MON/MES FILM(S) ?

Non, le service programmation ne peut pas vous tenir informé au cas par cas, il y a en effet plusieurs milliers de diffusions par an ! En revanche, il vous est possible de contacter le service technique et de demander un historique de toutes les sorties du film / des films, et ce, à tout moment.

AYANTS DROIT : VENTES

1. UN FILM SOUS CONTRAT À L’AGENCE DU COURT MÉTRAGE EST-IL AUTOMATIQUEMENT REPRÉSENTÉ PAR LE SERVICE DES VENTES ?

Non. Le service des ventes sélectionne environ 50 nouveaux films par an. Un volume qui garantit une qualité de service optimale. Avant d’intégrer le catalogue, les films sont soumis à une sélection, afin d’évaluer leur potentiel et les opportunités de diffusion spécifiques qui s’offrent à chacun.

 

2. COMMENT PROPOSER UN FILM AU SERVICE DES VENTES ?

Pour proposer un film, il suffit d’envoyer un lien de visionnage par mail adressé au service des ‘’ventes’’ en précisant si le film a fait l’objet d’un préachat et/ou de ventes audiovisuelles.

 

3. LE SERVICE DES VENTES EST-IL ÉGALEMENT ACTIF EN FRANCE ?

Oui. Nous représentons notre catalogue auprès des diffuseurs en France et à l’étranger. Nous réalisons environ 50% de notre chiffre d’affaire en France.

 

4. QUE SE PASSE-T-IL UNE FOIS QUE MON FILM INTÈGRE LE CATALOGUE DES VENTES ?

Une fois votre film inscrit, les contrats signés et un matériel de visionnage déposé (fichier MP4 sous-titré anglais et lien de visionnage VF et sous-titré en anglais), les démarches auprès des acheteurs peuvent débuter. Les films sont proposés en fonction des critères des acheteurs et en fonction des droits et territoires disponibles. En général, et selon le profil du film et des acheteurs potentiellement intéressés, nous démarchons activement tout le long des trois premières années suivant l’inscription du film.

Il arrive cependant très régulièrement qu’un film soit de nouveau vendu 5 ou 10 ans après son inscription, parfois plus, au gré d’une demande thématique spécifique et d’une autre opportunité de diffusion. Environ 40% des films vendus ont plus de 5 ans.

 

5. SUIS-JE TENU AU COURANT DES VENTES DE MON FILM ?

Lors de cession non exclusive, l’ayant droit sera informé par notification ultérieurement. Les cessions exclusives se feront sous validation de l’ayant droit, qui devra donner son accord par retour de mail dans un délai de 5 jours ouvrés.

ATTENTION : l’absence de réponse, passé ce délai, vaudra acceptation.

 

6. QUE SE PASSE-T-IL SI MON FILM EST VENDU ?

Si votre film est vendu, le service comptabilité facture l’acheteur et vous reverse le montant de la vente, moins la commission de 20% de L’Agence du court métrage. Les reversements se font, pour le moment, à chaque fin de trimestre après règlement de l’acheteur.

 

7. QUELS SONT LES TARIFS D’ACHAT DES DIFFUSEURS AUDIOVISUELS ?

Chaque diffuseur a ses spécificités et ses propres tarifs (prix à la minute, forfait, partage de recettes…), qu’il est parfois possible de négocier, mais pas toujours. Tout dépend des types de droits cédés, de leur durée, des territoires concernés.

 

8. LE DIFFUSEUR PAIE-T-IL CHAQUE DIFFUSION DES FILMS DONT IL A ACQUIS LES DROITS ?

Non, le diffuseur acquiert les droits de diffusion des films pour une durée de droits précise, avec un nombre de diffusions limité ou illimité selon les contrats.

 

9. PUIS-JE VENDRE MON FILM MOI-MÊME OU SIGNER AVEC UN AUTRE DISTRIBUTEUR ?

Le mandat de L’Agence est non-exclusif, car nous pensons que c’est un modèle plus adapté à la diffusion et à l’économie du court métrage. Cette non-exclusivité permet aux ayants droits qui le souhaitent de vendre leur court métrage si une opportunité se présente en direct, à la condition de nous tenir informés le plus tôt possible. L’ayant droit peut également nous transmettre l’offre reçue afin que nous prenions le relais et assurions le suivi de la vente de la négociation et du suivi des contrats, à la facturation en passant par la livraison du matériel.

Si l’ayant droit souhaite démarcher lui-même certains acheteurs ou certains territoires, cela doit être précisé dés la signature du mandat afin d’éviter les doubles démarches auprès des acheteurs. En revanche, il est fortement déconseillé de travailler avec plusieurs distributeurs sur un même film, pour des raisons de lisibilité, de suivi de nos démarches, et de nos résultats auprès des diffuseurs. Cela tend souvent à desservir les intérêts du/des film(s).