OÙ VOIR DES COURTS MÉTRAGES ?

Un court métrage est une œuvre cinématographique dont la durée est inférieure à 60 minutes. Comme pour le long métrage, on retrouve dans le court métrage de la fiction, de l’animation, du documentaire ou du cinéma expérimental. C’est le secteur où l’on repère les talents de demain (producteurs, réalisateurs, techniciens, artistes, comédiens etc.), mais certains réalisateurs y reviennent tout au long de leur carrière.

Pour autant, l’idée reçue la plus aisément partagée serait que le court métrage ne serait pas vu, que « c’était mieux avant », qu’avant, « on voyait des courts métrages avant des longs métrages ». Il est vrai que le court métrage est une œuvre fragile et n’est pas diffusée de la même façon que les longs métrages, sur un principe de sortie hebdomadaire, avec des courts métrages diffusés à toutes les séances.

Le CNC, dans l’étude annuelle qu’il consacre au court métrage, comptabilise pour 2016, 3,5 millions d’entrées pour le court métrage, en avant-séance ou via des programmes complets. Ces chiffres, que nous savons toutefois partiels, représentent 2 698 courts métrages exploités en salles en France (en dehors des festivals et des projections ponctuelles) et 98 747 séances programmées.

AU CINÉMA

PREMIÈRE PARTIE DE PROGRAMME

L’Agence du court métrage contribue à la diffusion du court métrage dans les salles de cinéma à travers son dispositif L’Extra Court. Retrouvez sur le site de L’Extra Court les salles de cinéma qui participent ainsi que leur programmation. Il existe d’autres initiatives de diffusion de courts métrages en première partie de programme, notamment le CLAP en Nouvelle Aquitaine, Mèche Courte en Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne Tout court en Bretagne, Court(s) devant en Centre-Val de Loire ou encore Quartier Libre en Seine-Saint-Denis.

PROJECTIONS PONCTUELLES

De nombreuses salles de cinéma – L’Agence du court métrage collabore avec plus de 600 d’entre elles – diffusent également des courts métrages sous forme de programmes, pour le jeune public ou pour tout type de public. Ces séances sont souvent des séances dites « événementielles » et accompagnées, par les réalisateurs des films. À Paris, L’Agence du court métrage organise notamment régulièrement des séances avec différents partenaires. Elle travaille régulièrement avec les Cinémas Indépendants Parisiens, l’Association des Cinémas de Recherche d’Île-de-France dans le cadre de différents projets, comme l’Enfance de l’art, la sortie de programmes ou de séances régulières.

EN FESTIVALS

Plus de 350 festivals diffusent du court métrage en France. Le Festival de Clermont-Ferrand totalise plus de 165 000 entrées à son actif en 2018, mais de très nombreux autres festivals partout en France rassemblent un très large public, témoignant de l’intérêt des spectateurs pour ce format. Alors qu’il existe une profusion de courts métrages réalisés chaque année, les festivals en constituent le « marché directeur », l’endroit où les courts métrages sont repérés tant par le public que par les professionnels (producteurs, diffuseurs…).

À LA TV

Les principales chaînes de télévision diffusent des courts métrages, certes à des horaires très tardifs, mais il est possible désormais de voir les films en replay : Histoires courtes sur France 2, Libre court sur France 3, Court circuit pour ARTE, Top of the shorts sur Canal+ ou encore Court central sur OCS sont quelques-unes des émissions phares qui présentent des courts métrages, accompagnés de bonus, d’entretiens avec des cinéastes. Citons également TV5 Monde, premier diffuseur de courts métrages français à l’international.

SUR LE WEB

Il serait évidemment difficile de conclure sans mentionner le web, espace où le court métrage et les formes courtes en général sont diffusés de manière foisonnante, en VàD, SVàD ou en partage de vidéos. L’Agence du court métrage collabore régulièrement avec des plateformes comme Universciné  ou MUBI. Par ailleurs, L’Agence du court métrage a récemment lancé sa propre offre de vidéo à la demande par abonnement exclusivement consacrée au court métrage, Brefcinema.com, où les abonnés peuvent découvrir chaque semaine le meilleur du court métrage et une nouvelle génération de cinéastes.

Photos : Panique au Sénat, d’Antonin Peretjatko / Étreintes, de Justine Vuylsteker